Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Curiosité qui s'Invite

16 Novembre 2007 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

IMG209.jpg

On n'est jamais si mort que lorsque l'on oublie

Ce plaisir singulier, ce paradoxe étrange:

La douleur, crue, logée au fond de nos viscères

 

On n'est jamais si mort que lorsque l'on préfère

Au chaos de l'Envie cette putride fange:

La vaste toile immonde nommée Inertie.

 

Le confort, dragéfié, paralyse les âmes

Et le corps, engourdi, ne se convainc qu'il vit

Qu'en cherchant, obstiné, aux quatre coins du monde

Un moyen (éphémère) de combler l'ennui.

 

Quels que soient les obstacles et quel que soit le coût

Rien ne vaut à l'esprit plus que le mouvement:

 

Un tapis de Fakir, un sentier fait de braises,

 

La brûlure du temps, créant et tuant tout.

 

Une lance affûtée, au creux de l'estomac

(On l'appelle Impatience, Désir ou Besoin),

 

Un acide puissant que l'on use pour drap,

Irritant les sommeils et pressant le matin.

 

Il suffit d'une chute, d'un mot, d'un regard

Pour laisser derrière soi les poisons cotonneux,

Les assises gluantes, les passifs hagards

Qui enfoncent l'Envie dans un plasma boueux.

 

Car si n'est que celui qui pense,

N'est en vie que celui qui souffre.

 

 

ISobel

Commenter cet article