Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Syndrome Gallifrey - part Time Lord, Part Human

7 Juin 2011 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

 

 

tardiso.jpg

 

 

Au fil des années, votre servante a espéré une multitude d'identités fantastiques et imaginaires, déjà pour certaines évoquées dans cet article. Identités qu'elle espérait assez spacieuses pour contenir tout ce qu'elle pensait être (orgueilleusement ou non, là n'est pas la question).

 

Parmi ces identités, les plus marquantes n'ont pas toujours été les plus prestigieuses, ni les plus graphiques. C'est pour cela qu'on ne les trouve pas toutes passées au crayon fin dans des autoportraits plus ou moins assumés et plus ou moins habiles.

 

Les voici néanmoins, listées pour analyse.

 

-Princesse de l'Espace, identité rêvée dominante, qui a persisté jusqu'en 2oo6 alors qu'elle avait émergé suite au téléfilm Australien 'The Distant Home' diffusé en 1992 ou 1993 (Une jeune extraterrestre élevée comme une enfant humaine, qui découvre à ses 16 ans ses véritables origines et choisit de repartir sur sa planète). Cette identité est venue en réponse exotique à celle de Petit Prince, la Princesse de l'Espace ayant, elle, une Garde Royale constituée de Soldats de Lumière, ce qui ne manquait pas de chien.

 

-Héroïne de l'antique empire Chinois après Tigres et Dragons de Ang Lee en 2ooo et les multiples gavages en matière de Wu Xia Pian qui ont suivi (experte en arts-martiaux, infiniment sage et capable de voltiger au sommet des forêts de bambou sur du Yo-Yo Ma / Tan Dun)

 

-Miss CC Babcock de la série The Nanny et tous les personnages du même gabarit: froids, cyniques, désagréables, mais dont on soupçonne l'abyssale profondeur et la superbe complexité (sous la carapace de glace, une âme fragile et ciselée comme une dentelle de savon)

 

-Une reine Elfe quelconque empruntée à Tolkien, sage et asexuée, piégée hors de son temps et de sa dimension comme nombre de ses semblables, gardienne des clefs de tout cet univers secret, ayant une face Vampire cachée et complémentaire, un 'côté obscur sans tout à fait l'être'.

 

-Une figure indéfinie, mais temporalisée quelque part au XVIIè Siècle, à équidistance entre les plumiers de la Cour du Roi Soleil et un quelconque pâturage caressé par Zéphir et arpenté par les blancs pieds d'une bergère mélomane.

 

-Et enfin, Seigneur du Temps, seule identité rêvée ayant eu le pouvoir d'évincer compètement, en 2oo6 donc, celle de Princesse de l'Espace. Car qui a besoin de Guerriers de Lumière rétro lorsqu'il possède déjà un cerveau rempli de ressources et de beaux mécanismes, Murray Gold pour accompagner ses périples en musique, la capacité de changer d'apparence et de personnalité et une machine à voyager dans le temps, dans l'espace et à travers les dimensions?!

 

Lorsque l'on est arrivé à cette identité fantasque-là, il n'est plus nécessaire d'en trouver une autre, car elle couvre tous les besoins en matière d'échappatoires. Elle permet de tout changer, tous les paramètres pénibles, tous les décors lassants, toutes les temporalités inconfortables. Tout. Même les handicaps de personnalité. Même les yeux au travers desquels tous ces paramètres sont observés, même les terminaisons sensibles qui les touchent.

 

Peu importe la raison pour laquelle votre servante y trouve de l'écho, pour laquelle le simple fait de se retrouver dans l'imagination d'un scénariste la fait déborder de fascination et de joie (c'est un peu comme appartenir à une variété de plancton inconnue de l'homme et être subitement 'découvert' par un observateur de fonds marins, un type qui vous pointe du doigt et qui vous nomme et ce-faisant, vous rend réel). Peu importe tout ça: le constat est là, votre servante survit parce que cette échappatoire existe (ou parce qu'elle en est persuadée, cela revient au même). Elle vit pour d'autres raisons (une autre raison, la meilleure.) mais elle a survécu parce qu'elle a toujours utilisé cet imaginaire, parce qu'elle a toujours été adossée à lui nonchalamment comme à une sortie de secours.

 

 

Une chose peut laisser perplexe, si l'on admet que vous avez eu la bonté d'accepter de faire l'effort de trouver du sens à ces paroles, si vous m'avez offert le privilège de votre compréhension. Comment peut-on avoir l'impudeur d'étaler une chose aussi intime que cela sur le net? Une chose aussi folle et impudique que d'avouer sans honte que l'on croit réellement qu'un jour on pourra monter à bord d'une machine qui traverse espace et temps? Car si vous m'avez bien comprise, il devient évident que ceci, cette identité 'à moitié Seigneur du Temps, fuyarde, échappée' est une des parts les plus profondes de mon intimité, et ce simple fait aurait suffi, en d'autres temps à me faire enfermer.

Eh bien c'est là la magie d'Internet. C'est là la magie de l'écriture. C'est là la magie de l'acte d'expression. C'est là la magie de l'acte d'expression lorsque l'on parvient à demeurer assez sain d'esprit (en réalité ou en apparence) pour faire contrepoids à ses aveux: peu importe en définitive la quantité d'informations qui quittent le cocon de votre pensée, peu importe que vous paraissiez bavard ou impudique. Les seules choses importantes dans cette transaction sont la façon dont ces informations sont entendues et le crédit qui leur est apporté. C'est une affaire souvent entre vous et vous-même, parfois un autre interlocuteur y est-il invité (votre ami le plus proche, celle que vous aimez), mais jamais plus. La plus profonde de vos vérités n'est pas une plaidoirie: vous la déterrez pour vous-même ou vous la donnez à quelqu'un et ce n'est qu'à la condition que cette personne précise désire la recevoir qu'elle pourra se promener un peu hors de votre vase clos, en cette seule, unique et précieuse occasion. Cette vérité profonde n'aura d'intérêt aux yeux des personnes qu'elle ne concerne pas directement que si elle a des vertus universelles: une qualité littéraire particulière par exemple. Mais typiquement, un texte comme celui-ci, sans virtuosité, sans structure, un instantané d'un fragment de pensée qui sera complètement diluée par l'aube, à quoi sert-il? Non: A quoi sert-il. Sans marque d'interrogation: parce que je ne souhaite pas de réponse.

Je viens de mettre sur le support le plus public de la planète la preuve que je suis givrée et personne à part moi et une seule et unique personne que j'aurai choisie, qui m'aura choisie, avec qui j'aurai scellé ce pacte de transmission exclusive d'information, à part nous deux, personne ne sait de quoi il en retourne, personne ne peut savoir à quel point cette échappatoire existe, ni à quel point j'ai envie que nous soyons ces deux-là à en partager le rêve.

 

 

 

Commenter cet article

Lenore62 02/10/2011 14:33



Bonjour ma chére creature féminine intemporelle!!


Merci pour ton passage dans mes catacombes artistiques!!!!


ha!ha!ha! ç'est sympa d'avoir penser a moi en observant un crâne pourfendu lors d'une expo..... çà me fait plaisir de savoir que mes créations crânesques t'ai marqué à ce point!!! lol! A part çà,
je te souhaite un tres bon dimanche!!


Amicalement et Artistiquement votre,


Lenore