Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Peau(x) Neuve(s) et Avatar(s)

18 Mars 2010 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

Tous ceux qui s'attendent à voir ici une brochette de Na'Vis athlétiques et azurés seront déçus.

Aujourd'hui, le Manoir fait peau neuve, après avoir porté pendant plus de deux ans le nom provisoire de 'Nouveau Manoir'. Cette appellation devenait franchement ridicule: votre Servante reconnait volontiers que rien n'est plus éternellement 'Nouveau' qu'un blog, qui se définit par ses évocatrices 'mises à jour', mais alors, est-il besoin de se le remettre dans le crâne à chaque occasion? Vraiment: cette bonne bâtisse vieille de plus de deux ans qui héberge encore les fantômes de son ancêtre, elle n'était plus 'nouvelle' du tout...

Les changements ne sont pas révolutionnaires: une nouvelle bannière par-ci, quelques réajustements de dimensions et coloris par-là, un style légèrement plus épuré...(-mais c'est ici que je fais une petite pause-).

'Légèrement' plus épuré...

Voilà qui donne envie de monter à bord du train de pensées qui vient tout à propos.

Le Docteur (mon héros et avatar suprême, si les rêves sont permis), parlant de ses réincarnations et évoquant ses jeunes années dit ''[i was] all old and grumpy and important, like you do when you're young'', en pensant à celui qu'il était, quelques corps plus tôt. Je ne suis pas Seigneur du Temps et n'ai donc jamais eu la possibilité de m'observer dans plusieurs enveloppes charnelles sur une palette de quelques siècles, mais je dessine depuis une poignée d'années et il m'arrive souvent de donner dans l'autoportrait sommaire.
Aujourd'hui, à la vue du nouveau style que mon crayon m'a donné et grâce au témoignage de mes anciennes 'incarnations' sur papier, je fais le même constat que Le Docteur: quand on est jeune, on a tendance à se donner des airs!...


Observons tout ça en faisant une petite retrospective récréative de la plupart des avatars que mon imagination a pu me coller sur la peau ces dernières années.


La chronologie a commencé avec l'héroïne de films de sabres chinois, suite à Tigres et Dragons, ou encore la noble Yu Shu Lien:

CTHD

C'est par Tolkien que le voyage a continué: Baptisée devant l'éternel, ISobel, reine Elfe des Vents et des Glaces...
L Elfe
...et son double des Ombres, une non moins éternelle Vampire:
La Vampire

Puis, Virginia Woolf a fait son entrée en scène, emportant avec elle Orlando l'Homme et Orlando la Femme, les deux réunis dans une sorte de créature hybride:
Lady Oscar


Après les créatures fantastiques, ce sont les Humeurs qui ont repris le flambeau, avec pour noble mission d'exorciser, le temps de les dessiner, les mélancolies qui les faisaient naître:


Le Cauchemar de la Perte,
Cauchemar

L'Attente et l'Espoir,
CrossedAugust

La Solitude
Rideau

L'Abandon total et le Choix,
Bruxelloise

La Conscience de la Singularité,
Dark

et enfin la Mollesse Esseulée Dominicale.
Endimanchée



Après ces étalages, il a bien fallu chercher à renoncer à se raconter car tout cela devenait bien trop bavard, alors le crayon a dessiné un visage, l'a gommé et l'a remplacé par un masque, comptant désormais sur des attributs symboliques pour continuer de faire comprendre que, malgré tout, malgré les masques, c'est toujours bien la même main et qu'elle raconte la même vie. Votre Servante est dont temporairement devenue Sans Nom, la super-héroïne anonyme et insaisissable:
Sans Nom


...enfin, débarrassée aujourd'hui de la honte d'une identité complexe et complexante explorée dans tous ses extrêmes et prête à être à la fois l'Elfe, la Vampire, l'Homme, la Femme, l'Intrépide, la Timide, la Solitaire, la Mélancolique, la Passionnée et la Différente pour devenir 'juste moi', je suis devenue ça:
Strip.jpg


Les premiers dessins, soignés comme la personnalité que l'on voulait sublimer pour en arriver là: quelques taits, sans même se fatiguer à y rajouter des yeux, des formes, des détails, de la vraisemblance. Une caricature épurée. Au maximum.
Il ne s'agit pas du résultat d'une thérapie qui visait à s'accepter 'tel que l'on est', mais au final, guimauve en moins, ça y ressemble.
Car c'est en épurant au maximum la représentation que l'on en fait que l'on laisse à l'objet le plus d'espace vierge à remplir, encore et encore, de tout ce qui nous constitue, sans jamais s'autoriser à rester paralysé par l'effroi (légitime) que l'on ressent face à sa propre complexité. Cette dernière caricature, ce dernier avatar, est la page blanche, le tonneau sans fond, vers lesquels vont se précipiter tous les morceaux d'un puzzle évolutif, jamais inachevé ni jamais terminé.

Pour la petite histoire, mon premier pseudonyme à la découverte d'Internet était 'Danaïde'. La boucle est bouclée?




Commenter cet article

Axelle 01/06/2010 12:41



J'aime beaucoup la tournure que prends ton blog, simple et épuré, cela te correspond tellement bien.