Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

horloge

8 Mars 2010 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries




Comme une mer tu te retires
Et sans cesse tu me reviens
Je t'accueille et je te soupire
Je pleure hier attends demain
Et dans l'instant je ne respire plus qu'à l'idée de tes mains


Demain me mange hier me dérobe
Et entre eux deux sonne le glas
L'heure se suspend à mon lobe
Et la seconde marche au pas
Au cadran des traits chronophobes du masque de mon visage las


Une grande aiguille me pique
En convulsant autour de moi

Toute mon envie, mécanique
Voudrait s'enrouler à ton bras

Régler ses vides arithmétiques autour des pleins remplis de toi


Tu mets à mal toute logique
En y mêlant actes de foi

Emois nés de ta garde-robe
Effroi des monts qu'on ne voit pas
Et qui menacent des empires
De les étouffer dans leur sein

Commenter cet article