Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Ce que l'on ignore...

30 Novembre 2010 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

 

 

 

Pas d'ombre sous le pied: c'est un matin nouveau

Semblable à tous les autres et différent partout.

Le nectar n'est pas là, pourtant on le devine

A l'excitation frêle apportée par la brise

Celle qui se fait oracle en passant par l'échine

Et qui murmure au coeur déjà trop plein de tout:

Respire: je te manquerai bien assez tôt.

 

Le nectar n'est pas là, mais il est annoncé,

Le contenu du coeur se resserre, l'on s'écarte

Et l'humain, moi, j'ignore: je suis trop sot pour voir

Ce qui arrivera si je ne pends la fuite...

Il est trop tard déjà! L'annoncé vient s'asseoir

Un seul mot: il m'habite. L'oracle est inexact,

'Assez tôt' est trop loin: hier, tu me manquais.

 

Tu me manquais déjà depuis notre naissance

Tu me manquais hier et je l'ai su demain

Demain lorsqu'en mon coeur tu avais pris ta place

Lorsque je me pensais, hier, plein à raz-bord.

Mais j'étais incomplet. Vois: mes parois s'effacent.

La peau se reconstruit, ton sang se greffe au mien

Le nectar annoncé est là: c'est mon essence.

 

Tu as creusé mon plein d'un vide d'occasion

Un berceau imprévu que toi seule remplis

Et qui se videra pour peu que tu le quittes.

Et qui se videra. Et restera béant.

Ce nectar qui est toi, ce nectar qui m'habite,

Dans ce drame joyeux qui ressemble à ma vie,

Y a créé ton rôle de composition.

 

Pas d'ombre sous le pied: c'est un matin nouveau,

Semblable à tous les autres et différent partout.

La brise est retombée, vierge d'autres oracles.

Hier, elle disait à mon contentement:

'Si tu veux demeurer, fuis devant la débâcle!'.

Mais demain, je savais qu'il fallait être fou

Pour manquer le nectar dont tu me fais cadeau.

 

 

Commenter cet article

Eric 07/12/2010 01:37



Plein,vide.


Quand tarie, rencontre sa lie ...



Eric 01/12/2010 14:28



J'ai toujours été mauvais élève. Comment se nomme ce procédé en césures ?


A la faveur de découpes personnelles, j'aurais titré "solitude grégaire".



Eric 30/11/2010 22:03



Sur la forme, c’est un délice à lire. Saint John Perse, cité dans un autre article, a trouvé une héritière.


J’aime trop ce système à tiroirs : c’est simplement génial. Un puzzle magnifique.


La forme n’est que la cerise sur le gâteau dont toi seule connait la recette.


Je ne suis ni ébéniste, ni pâtissier, mais très bricoleur.


J’observe minutieusement et m’imagine mille manières qui justifieraient le résultat.


Je pousse souvent jusqu’à me trouver une place … j’ai le droit, c’est pour mon plaisir.


Je ne suis pas là pour commenter en délires personnels : je ne vais pas ajouter au mystère par des divagations irrespectueuses de ta vérité.


Sache que ces quelques jours passés avec toi, ce que tu racontes en fait, je crois, sont transposables à qui veux bien imaginer y retrouver une tranche de sa vie.


C’est mystérieusement précis.


Cette fois ci, ce ne sont pas des sushis … le puzzle n’est pas en ligne ? Je t’épargne mes théories.  


Qu’est ce que c’est beau !



Eric 30/11/2010 13:35



C'est franchement superbe.


Il me faudra beaucoup de temps pour tout condenser et remettre en ordre.


Je me dis, que ... rien n'est innocent, comme souvent.


Je m'y emploie au plus vite.


Bravi.