Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Bad Wolf

3 Janvier 2010 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

Sortons un peu du réel, de la quotidienneté, pour tenter de capturer cet état si singulier et si terrifiant. Non, ne sortons pas: restons dehors, car si cet état nous saisit, ce n'est que parce que nous sommes déjà étrangers au réel depuis et pour un fugace instant encore. Restons dehors et écrivons, marquons, traçons les lignes de nos ressentis, non pas pour démystifier, non pas pour comprendre, mais pour se témoigner à soi que cet état a bel et bien existé. Quand nous relirons ce que nous avons écrit, il y aura de fortes chances que notre esprit ne soit alors plus en mesure de le comprendre, d'en flairer l'essence, mais au moins, nous en aurons la marque, la preuve.
A cet instant, plus rien ne compte, plus rien n'existe, ni ceux que j'aime, ni ce que je suis. Le flot de l'univers entier submerge mon esprit et tout ce que je vois, tout ceux que j'entends me pénètrent le coeur et je deviens l'univers, je deviens cette marée calme, immobile, grandiose, gonflée de tout ce qui fut, est et sera, et de ce qui n'est pas, tout autant.

C'est ici que naît et se résorbe la peur absolue, qu'elle renaît, se re-dévore, revient, repart tout en même temps, la peur palpable mais insondable de ne pas être capable de se contenir en soi-même et de finir par se vider, se répandre et perdre la raison dans cette échappée sereine et furieuse. La peur de se perdre, la peur de partir par la porte de la folie, qui est à chaque point de l'horizon où se pose le regard.

Quel soulagement ce serait, quelle béatitude, passer le cap au-delà duquel la peur n'existe plus pour se laisser couronner par le scaphandre de la folie. Mais impossible de se laisser aller à la tolérance de ce basculement quand on est encore sous la malédiction des sains d'esprit...

Je est une trouillarde.

Commenter cet article