Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Hungry Dead Stars

16 Mai 2009 , Rédigé par ISobel Publié dans #Curiosités






Loin de moi l'idée de vous entretenir, comme le titre pourrait le laisser supposer, des appétits des célébrités décédées: je ne crois pas qu'il me serait si aisé que cela de trouver des exemples probants de boulimie post-mortem dans les cimetières Hollywoodiens...
Non, ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est un article lu sur ScienceDaily.com, magazine scientifique anglophone en ligne, article (sobrement!) intitulé "Missing Planets Attest To Destructive Power Of Stars' Tides" (grosso modo: 'Des planètes disparues témoignent de la puissance dévastatrice des marées stellaires').

Dans cet article, on découvre que les récentes observations de l'espace ont apporté, en plus de la connaissance de nouvelles planètes à l'extérieur de notre système solaire, la certitude d'avoir été privés de la découverte d'un bon nombre d'autres à cause de la gloutonnerie de leurs étoiles éteintes. On n'ignorait pas que les étoiles mortes se transformaient en trous noirs et que ces derniers ont pour principale fonction d' "avaler" tout ce qui les entoure, temps comme espace, mais ces points n'étaient vraisemblablement que théoriques jusque récemment.
Ce phénomène est assez fascinant en lui-même et j'aurais pris plaisir à en donner une explication sommaire cueillie au détour d'une page web mais d'une part, tout moteur de recherche qui se respecte vous en fournira de bien meilleures et d'autre part, ce n'est pas là ce qui me trouble le plus.

En lisant cet article, j'ai été frappée non pas par la superbe complexité de l'Univers qui nous entoure (ah! cela m'arrive pourtant souvent!), mais par la réflexion que je me suis faite et qui tenait à peu près en ces termes: "eh bien? on ne le savait pas déjà que les planètes étaient englouties par les trous noirs? Quelle arnaque que cet article qui ne nous apprend rien de nouveau!"
Et pourtant si: du nouveau il y en avait, et du lourd même puisque les premières véritables preuves de ce phénomène avaient été révélées!
Je suis donc tombée dans une profonde réflexion tout à fait existentielle (à chacun de bâtir son existence avec le mortier qu'il veut!). Jusqu'à quel point sommes-nous blasés, nous humains habitués à voir des galaxies défiler sur nos écrans plasma? Habitués à voir des big-bangs format post-it sur nos téléphones portables? Quel enfant  aujourd'hui (encore nabot ou déjà grandi) prendrait la juste mesure de l'honneur de découvrir l'espace à travers le hublot d'une navette spatiale alors qu'il a déjà été habitué à voir plus grand et plus coloré sur une toile de cinéma?

A mon sens, le problème qui naît, grandit et pullule sur les écrans est solide. En plus de l'inévitable massacre de l'imagination qui découle naturellement d'une représentation systématique et modélisée de toute théorie, le danger de tuer l'émerveillement gronde à l'horizon... Heureux sont les épargnés, sauvés de la tourbe du désenchantement par un imaginaire tout-puissant!

"Oui, mais nous sommes moins niais qu'avant, mieux renseignés, plus intelligents." me dira le moderne. Certes. C'est possible. Mais j'avoue pour ma part avoir un faible pour la niaiserie lorsque celle-ci me laisse l'immense privilège de jouir simplement des merveilles du monde et de ses alentours!
Alors non, je refuse de ne plus m'extasier sur les découvertes de la science sous prétexte que j'ai eu la sottise d'allumer ma télé trop souvent.

C'est fini! Doctor Who, je décroche!*





*(taratata, il ne faut pas pousser quand même...)

Commenter cet article