Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Du décalage et de l'absentmindisme.

24 Février 2009 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries

Que voilà un joli titre bien pompeux comme on les aime,
orné d'un franglicisme/barbarisme/néologisme(?),
 mais que signifie-t-il au juste...

    6h21 du matin, heure à laquelle je commence la rédaction de cette phrase. Le monde (celui du moins de mon fuseau horaire et des zones avoisinantes), ce monde se réveille. La pluie a battu toute une partie de la nuit le sol parisien et je me flatte d'être celle qui aura tenu les 'autres', les dormeurs, informés de ce fait.
    Dans un peu plus d'une heure, je foulerai à mon tour ce sol pour rentrer chez moi, rejoindre la fadeur du métro, puis la chaleur de mon lit et je ne serai pas surprise de voir l'eau grimper par capilarité sur le bas de mon pantalon gris. Pas surprise, non, ni déçue, ni triste. Rien de tout cela, parce que contrairement aux autres, aux dormeurs, j'aurai eu le temps d'y préparer, même inconsciemment, mon esprit alerte et présent. Eveillé.

       Comme beaucoup de personnes, je vis en décalage avec le monde des astres et celui des autres hommes. Je ne vois le soleil que quelques petites heures par jour et bois le thé à une heure et demi du matin. Cette situation, bien que reliée très étroitement à une application professionnelle, me rend pourtant encline à l'absentmindime, en d'autres termes, à la fugue mentale (de l'anglais absent minded). Je suis là, assise ou debout, inactive ou affairée et passe de longues, très longues heures à laisser mon esprit vagabonder. Cette nuit, je suis partie sur les toits de Londres, me disant qu'il serait merveilleux de pouvoir m'y promener un jour. Je suis également partie prendre un schweppes en Belgique et me souviens avoir versé de l'eau chaude sur le sachet de thé de la personne qui m'accompagnait (elle avait mal au poignet, je m'en suis d'ailleurs gentiment amusée, juste pour le plaisir de la taquiner un peu. Nous avons beaucoup ri, mais certainement pas de mon humour douteux, non, juste de toutes sortes de choses). Je crois avoir vu la surface de Pluton, qui m'intrigue tant: est-elle semblable à celle de la Lune que j'ai déjà visité tant de fois? Est-elle différente?
Bref, je suis absente.
    Absente, mais poussée à la présence constante malgré tout, avec sur la tête la gentillette épée de Damoclès du travail: 'et si un fax arrive?', 'n'ai-je pas entendu le téléphone sonner?', 'tiens, le livreur de croissants!'. C'est une sensation très particulière. Comme si le rêve était forcé, poussé et encadré, comme s'il devenait réel. Officiel.

    Je suis veilleur de nuit.

    N'évoqué-je pas à vos souvenirs ce petit disque de plastique opaque qui, une fois enfoncé dans une prise de courant près de votre lit, vous berçait de sa lumière diffuse?
Un bout de plastique amélioré cela dit, du type qui vous prend dans ses bras si vous faites un cauchemar, qui vous apporte un verre d'eau si vous avez soif.
J'ai la veille active...

    Dormez en paix, je vous dirai demain quel temps il fait.


        Bonne journée à vous, les autres, les dormeurs.

Commenter cet article