Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

De la constance.

8 Septembre 2008 , Rédigé par ISobel Publié dans #Plumeries




La constance est un fléau.

Ne veux-tu pas, ce matin, oublier la personne que tu as été?
Oublier les fantômes que tu as engendrés en t'étant seulement fidèle?
Oublier les aurores givrées où tu crois que tu ne connaîtrais jamais la suivante?
Oublier l'ombre qui ternit le sourire aimant que tu veux recevoir d'une autre?
Oublier l'ombre qui ternit le sourire aimant que tu veux donner à une autre?

Ne veux-tu pas, ce matin, oublier cet absurde standard qui te cloue au sommet?
Oublier la hauteur qu'elle a pu atteindre à travers toi?
Oublier le son de sa voix et l'orbe de son visage?
Surtout le son de sa voix.
Oublier l'ombre laissée par l'absence de sa lumière?
Oublier le vide?
Oublier le vide répété?
Oublier le vide menaçant?
Oublier le vide qui pend au-dessus de toi comme pend une épée au-dessus du crâne de Damoclès?
Oublier le vide.

Ne veux-tu pas, ce matin, quitter la mémoire de ton corps?
Le laisser comme une mue au bord de la fenêtre?
En investir un autre, vierge, encore tissé des vents purs de la Genèse?

Ne veux-tu pas, ce matin, avoir oublié une année?
Avoir oublié deux années?
En avoir oublié plus?
Te réveiller quinze ans plus tôt, juste à temps?
Mille ans plus tard, sans te souvenir que tu n'étais pas là à temps?


Ta mémoire n'oublie pas
Ton coeur n'oublie pas
Ton corps n'oublie pas
Et même:
Ta mémoire se souvient aux moments les plus inopportuns
Ton coeur se réveille aux moments les plus inopportuns
Ton corps se réanime aux moments les plus inopportuns

Tu as l'aplomb d'un arbre: le Monde bourgeonne entre tes branches robustes, ta sève est en ébullition sous ton épaisse écorce, tes racines sont puissantes...
mais s'enfoncent dans les sables mouvants du temps.


Ne veux-tu pas, ce matin, oublier que tu ne peux pas l'oublier?
Ne veux-tu pas, ce matin, oublier que tu ne veux pas l'oublier?
Ne veux-tu pas renaître?


La constance est un fléau...



Commenter cet article

mourad 28/11/2008 14:40

Oui...la constance est un fléau...peut-être même le grand fléau.Le bonheur est pourtant à portée de main...s'il n'y avait le refus...le grand refus, cette constante insatisfaction, qui brouille l'éternité silencieuse. Il suffit pourtant de multiplier les points de vues, de telle sorte que; l'un en chasse l'autre...que l'un remplace l'autre...Faire et défaire le monde plusieurs fois par jour..s'habituer à milles visages et figures  que déploient le vide....Le meilleur laboratoire pour étudier ses propres variations et celles des autres, reste pour moi le métro. Attentif, nous y verrions toutes nos compositions artistiques à l'oeuvre....pour peu que nous ayons joué suffisamment dans la cour de l'existence.Et il y a les matins..Ces aurores boréales de l'existence...où rien n'est encore fixé...Tout fluctue chez les âmes qui s'éveillent à tous les possibles...Hélas...il y a les soirs aussi...et même les après midi...pour moi, il est souvent trop tard dès que je me suis bien réveillé......le masque finit  par installer....S'il ne pouvait y avoir que des nuits inachevées!Bien à toi...