Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Nouveau Manoir

Triskaïdécaphobe?

16 Novembre 2007 , Rédigé par ISobel Publié dans #Curiosités

13.jpg

Puisque nous étions hier dans ce qui ressemblait tout de même beaucoup à de la superstition, il aurait été dommage de ne pas continuer sur cette lancée, en ce si beau jour.

En rentrant seule du cinéma dans la nuit, j'ai jeté un oeil à ma montre et, au moment où je constatais qu'il était précisément minuit treize, du treizième jour du mois et que nous étions, pour couronner le tout, vendredi, un vent d'angoisse m'a traversée. Heureusement, je me suis souvenue à temps que je n'étais pas

Paraskaviedékatriaphobe


Car OUI, la phobie des vendredi 13 porte un nom, un nom certes digne de rendre n'importe quel adepte des dictées de Bernard Pivot phobique de l'orthographe, mais au moins, elle est identifiée et (nous respirons tous à cette nouvelle: ) expliquée.
Le temps de traverser ma jolie petite ville aux éclairages rassurants et d'avoir frémi devant quelques ombres instables, j'ai réalisé que je n'avais qu'une très maigre idée de la raison pour laquelle ce vendredi 13 devait être redouté.
Heureusement, Internet a trouvé pour moi une série de réponses que je partage volontiers avec tous les phobophobes (amusez-vous avec le lien en Trackback).

Le treize puise ses diverses significations dans des croyances variées, significations qui ne sont pas toujours négatives.

Evidemment, ce chiffre ne va pas sans rappeler le nombre de convives au soir du dernier repas du Christ. Les chrétiens éviteront donc de se retrouver à treize autour d'une table de peur que l'un d'entre eux ne meure dans l'année.

 
Dans la mythologie Grecque, le douze était le chiffre de la perfection et portait généralement bonheur, en revanche, le treize, chiffre de Zeus et symbole de l'imperfection, était très redouté.

 
L'échelle égyptienne de l'après-vie comprenait treize barreaux qu'il fallait gravir un à un pour atteindre le treizième et dernier, celui de l'immortalité.

 
Quant à nos bons Druides gaulois, ils possédaient une corde magique divisée en treize segments qui leur servait à faire une multitude de choses utiles (comme repousser encore et toujours l'envahisseur entre autres).
 

Voilà le chiffre treize partiellement démystifié


Mais la chose se complique lorsqu'au 'chiffre tabou' on ajoute le 'jour maudit'.
 
Vendredi doit son appellation à la déesse Vénus. Que doit-on comprendre en réalisant que le jour consacré à la féminité est considéré comme maudit?!
Loin de nous l'envie de porter le drapeau  de l'insurrection maintenant, car l'heure est à la tradition et non à la révolte.
 
De tous temps, la femme a été porteuse de la plupart des maux pour la simple raison que, s'opposant à la (légendaire) constance masculine, elle représentait tout ce qui est en mouvement et donc hors de contrôle. Nombreuses sont les croyances qui associent la Lune et ses humeurs au genre féminin. La période de l'Inquisition qui a frappé nombre de régions d'Europe a d'ailleurs vu brûler plus de Sorcières que de Sorciers...
 
Ce n'est pas non plus sans raisons que la personnification traditionnelle de la Mort est une Faucheuse.
 
Ce jour a également emprunté sa transcription anglaise (Friday) à Frigga, déesse de la Lune et de la Mer dans les croyances scandinaves.
 
Le Vendredi est donc par essence, le jour de l'imprévisible et rien n'effraie plus l'être humain que ce qu'il ne peut prévoir...
 
De plus, nos amis anglais avaient pour tradition de pendre leurs condamnés le vendredi.

Chez les catholiques, le Vendredi est le jour du meurtre d'Abel par Caïn ainsi que celui du début du Déluge engloutissant le monde sous des flots qui ne laissèrent la vie sauve qu'aux heureux rescapés de l'arche conduite par Noé.
 
Tout ceci est donc plus que suffisant pour expliquer que des siècles d'histoire aient fini par peser lourdement sur les conscient et inconscient collectifs!
 
Bonne chance donc à tous ceux qui ont placé en ce jour leurs espoirs de fortune, mais aussi et surtout à tous ceux (dont je fais partie) qui ont compris que la chance ne prenait que rarement le déguisement d'une combinaison sur un ticket de loterie et préférait souvent (pour le meilleur) d'autres enveloppes...

Commenter cet article